NE PARTICIPONS PAS A LA MISE EN PLACE DE LA REFORME DU COLLEGE !

Campagne de boycott SUD / CNT-SO
mercredi 28 octobre 2015
par  GUERDA
popularité : 5%

Le refus de la réforme ne pourra pas faire l’économie d’un mouvement de grève massif ! Mais il passe aussi par un refus de participer au sein de chaque établissement à la mise en place pratique de cette réforme. Depuis le mois de septembre la CNT-SO et SUD éducation 13 ont mis une campagne de boycott pour marquer notre refus au quotidien.

PNG - 47.5 ko

La rentrée 2015 voit apparaître les indemnités de missions particulières (IMP) dans chaque établissements. Dans quelques cas, certaines IMP sont inscrites sur l’emploi du temps. On ne voit pas trop pourquoi puisqu’il s’agit de missions qui ne s’effectuent pas devant les élèves. Outre le fait qu’elles remplacent un certains nombre de décharges, certaines IMP rémunèrent des missions qui n’existaient pas jusqu’ici et qui contribuent à l’alourdissement de notre charge de travail. Parmi elles, celles de coordonnateurs de cycles et de niveaux qui vont rentrer en vigueur avec la réforme du collège à la rentrée 2016, vont établir une hiérarchie intermédiaire dans les salles des professeurs. Il y a fort à parier que ces collègues auront pour fonction de vérifier la bonne application des mesures instituées par la réforme du collège. A noter qu’en l’absence de cadrage le taux de rémunération de ces collègues dépendra des directions qui auront ainsi un moyen de pression supplémentaire sur les équipes.

> Lire aussi : "Mise en place de la réforme du collège : s’opposer ensemble à la dérive managériale ! "

Comme on le voit déjà en lycée, le renforcement de l’autonomie des établissements conduit à la main mise accrue des directions dans le pilotage pédagogique au détriment de la liberté pédagogique des équipes. Dès cette année, les conseils pédagogiques verront leur rôle considérablement renforcé puisqu’il devront proposer des solutions pour mettre en place la réforme du collège (en modulant le nombre d’heure par discipline au sein du cycle IV, en choisissant le thème des EPI, et le nombre des heures affectées au AP et aux enseignements complémentaires).

PNG - 154.2 ko
PNG - 30.2 ko

Or, le conseil pédagogique, nommé par le chef d’établissement, n’a pas de légitimité pour décider puisqu’il ne s’agit pas d’une instance élus. Ces propositions devront ensuite être présentées en CA alors même que les enseignants ne sont pas majoritaires et qu’un flou est entretenu sur le vote de ces nouvelles mesures pédagogiques.

Preuve des attentes accrues que portent le ministère et la hiérarchie sur les membres du conseil pédagogique, certains d’entre eux se sont vus « invités » à participer à une formation sur la mise en œuvre de la réforme du collège pendant les vacances. Ces derniers étaient censés se faire les VRP de la réforme auprès de leurs collègues, cependant, faute de participants, ces formations sont tombées à l’eau. Le ministère n’avait bien entendu pas l’intention d’en rester là pour imposer une réforme largement rejetée par les collègues. Au moins 5 journées de formations sont d’ores et déjà programmées avec une première étape le mercredi 18 novembre. La hiérarchie prétend désor- mais sans complexe pouvoir disposer de notre temps comme elle l’entend. Alors que la formation continue est largement mise à mal et que ces projets se font à moyen constant, il apparaît symptomatique que le ministère fasse reposer toujours davantage sur notre dos et notre conscience professionnelle le poids de sa réforme en rognant sur notre temps personnel. Pas de panique, il ne s’agit là que de la poursuite d’une longue série de dégradations de nos conditions de travail.

Dans ces conditions, nous appelons à :

  • à empêcher la mise en place du conseil pédagogique là où cela est possible. Lorsqu’il est déjà en place, nous incitons les équipes à demander l’élargissement du conseil à tous les enseignants.
  • à refuser les missions de coordonnateurs de cycles et de niveaux
  • à boycotter la formation du mecredi 18 novembre et à se réunir à la place en AG dans les établissements. Des préavis de grève nationaux ont été déposés à cet effet.

> Téléchargez et faites signer notre pétition auprès de vos collègues

> Voir le tract de l’intersyndicale nationale 2nd° du 3 novembre 2015


Documents joints

PDF - 163.7 ko
PDF - 163.7 ko
PDF - 2.6 Mo
PDF - 2.6 Mo

Brèves

22 septembre - Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre

Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre
Grève le 10 octobre Appel (...)

21 septembre - Jeudi 21 septembre : tous en grève !

Contre la loi travail XXL mobilisons nous dans la rue !! Tous et toutes en grève le jeudi 21 (...)

12 septembre - Mardi 12 septembre : en grève !

Grève le mardi 12 septembre contre la loi travail XXL ! Manifestation à 10h30 au (...)

13 juin - Stage intersyndical " De l’école à l’université : droits des étrangers"

dès 8h45 au local de SUD éducation, 29 bd Lonchamp, 13001 Marseille

3 janvier - Mardi - Grève dans les lycées de l’éducation prioritaire

Ultimatum lancé au ministère de l’Éducation nationale
Les lycées ne feront pas la rentrée
Lire la (...)