ZEP : silence de mort,

ZEP : mobilisation des TOS ?
jeudi 12 janvier 2017
par  Farida
popularité : 1%

Alors que les professeur-es sont mobilisé-es depuis plusieurs mois, les TOS et leurs organisations syndicales qui font aussi partie de" la communauté éducative" sont quasi absent de la mobilisation alors que la perte des moyens aura pour conséquence une grande détérioration de leurs conditions de travail : réduction de poste d’enseignant et de vie scolaire donc surcharge des effectifs dans les salles de classe .... ce qui entrainera une surcharge de travail au niveau de l’entretien des salles , la maintenance des bâtiments , ceci dans un climat qui, déjà difficile (agressions etc...) ne pourra que se tendre davantage.

Les lycées ZEP ont posé début décembre un ultimatum à la ministre pour obtenir une carte nationale des lycées dans l’Education prioritaire • La ministre n’a pas dénié y répondre et comme promis de nombreux établissements dans toute la France se mobilisent largement depuis le 3 janvier • Les journées des 5 , 10 et 12 janvier ont été une nouvelle fois un véritable succès notamment dans l’académie d’Aix-Marseille • La liste des établissements qui rejoignent le mouvement ne cesse de s’accroître ! Partout à l’image de la région parisienne, les reconductions s’enchaînent • C’est avec détermination que les collègues des lycées généraux et pros comptent faire entendre leurs revendications en amplifiant la mobilisation • L’Assemblée Générale des grévistes appelle à la poursuite du mouvement et à voté la participation à la grève nationale du jeudi 19 janvier • A SUD éducation et SUD CT 13 nous pensons que le combat des lycées est aussi celui de toute l’éducation prioritaire • C’est pourquoi nous appelons tous les collègues à rejoindre la mobilisation •

Des reculs ministériels mais aucune garantie
La mobilisation est si forte que le ministère a été contraint de reculer sur certains points. C’est notamment le cas avec la prolongation de deux ans du moratoire pour les personnels concernant l’obtention des primes (pour les profs seulement mais ni pour la vie scolaire, ni pour les agents) et les bonifications pour les mutations, ainsi que le « maintien de tous les moyens supplémentaires dont bénéficient les lycées de l’éducation prioritaire » et l’obtention de 450 postes « pour les lycées les plus défavorisés ». Si ces avancées sont notables et à mettre sur le compte de la mobilisation des collègues, il ne s’agit en rien de garanties.
En effet si la ministre promet le maintien de moyens, aucun décret, aucun texte de loi n’existe actuellement pour déterminer des moyens contraints et pérennes pour les établissements dits prioritaires.
C’est la raison pour laquelle nos collègues veulent poursuivre leur combat pour obtenir la création d’un label REP opposable, protégeant les établissements d’une éventuelle sortie de ce dispositif.
Un chantage aux moyens
Le ministère refuse toujours de céder sur ce point car le gouvernement opère un véritable chantage électorale. La ministre a, elle même reconnu que cette revendication était légitime mais qu’il faudrait attendre la prochaine mandature pour voir les lycées intégrés définitivement à l’éducation prioritaire. Cette prise en otage des moyens est inacceptable d’autant que les perspectives pour 2017 n’engagent en rien à l’optimisme. C’est donc dès à présent qu’il faut sécuriser ces établissements en leur accordant le statut qu’ils demandent.


Brèves

3 janvier - Mardi - Grève dans les lycées de l’éducation prioritaire

Ultimatum lancé au ministère de l’Éducation nationale
Les lycées ne feront pas la rentrée
Lire la (...)

17 novembre 2016 - Grève des lycées en ZEP

20 juin 2016 - AG SUD éducation - 18h - local de Solidaires, 29bd longchamp

22 mars 2016 - AG

Ag 18h-20h , au local de Solidaires

14 janvier 2016 - AG Sud education

18h au local Solidaires, 29 bd Longchamp