1er Mai - Front social contre front national !

Tract de l’Union Syndicale Solidaires 13
jeudi 27 avril 2017
par  GUERDA
popularité : 1%

La situation sociale, économique, écologique et politique crée un très fort sentiment d’exas- pération parmi la population. Persistance d’un chômage de masse, enrichissement d’une minorité de privilégié-e-s aux dépends d’une majorité toujours plus exploitée et précarisée, casse des services publics, exploitation inconsidérée des ressources naturelles, augmentation des impôts des ménages au lieu d’une urgente réforme fiscale : voici le bilan des politiques économiques libérales des gouvernements successifs qui ont nourri depuis des années un fort sentiment de dé- sespérance. La multiplication des affaires qui touchent la sphère politico-financière, et la confiscation du pouvoir par une minorité de professionnelle de la politique ont quant à elles généré un sentiment d’impuissance.

Le FN a multiplié les mensonges, les stratégies de communication et les manipulations pour banaliser son image et se présenter comme une alternative en profitant du désarroi qui emplit les couches les plus modestes de la société pour distiller la haine et le rejet de l’autre.
Les résultats du premier tour des élections présidentielle ont montré que cette stratégie avait fonctionné puisque le candidat du libéralisme sera opposé à celui de l’extrême droite.

Au delà du choix qui sera fait par chacun à l’occasion du second tour, Solidaires 13 tient avant tout à s’adresser à toutes celles et tous ceux qui sont tentés par le vote FN pour s’opposer aux injustices : l’extrême droite ne sera jamais la solution !

Dans le combat contre les injustices et les inégalités sociales, le FN n’est en aucun cas l’allié des travailleurs, des précaires, des chômeurs et des oubliés. Le Front National reste foncièrement hostile au progrès social et dangereux pour les salarié-e-s et les organisations syndicales qui les défendent. Nous devons le combattre en dénonçant son imposture. Entre autre :

Le FN est contre la limitation des hauts salaires pour les patrons et contre l’augmentation du SMIC.

  • Le FN est pour l’allongement de la durée du travail par la remise en cause des 35h à travers des accords de branches.
  • Le FN est pour l’apprentissage dès 14 ans pour intensi er la compétition entre salarié-e-s.
  • Le FN prétend être pour la retraite à 60 ans mais sans rien dire sur le nombre d’années de cotisation nécessaires pour une retraite à taux plein.
  • Dans ce cadre le FN est contre le « compte pénibilité », pour ne pas pénaliser les entreprises...
  • Le FN se dit pour l’égalité salariale hommes- femmes mais vote contre toutes les lois qui permettraient de se rapprocher de cet objectif à l’Assemblée nationale comme au Parlement européen.

La démagogie sociale du FN emploie n’est qu’une façade pour arriver au pouvoir coûte que coûte, quitte à dire tout et son contraire a n d’appliquer son véritable programme.
Le « patriotisme économique » prôné par le FN dissout les droits et dresse les uns contre les autres, toujours au profit du patronat : salarié-e-s français contre salarié-e-s étran- gers, salarié-e-s du privé contre salarié-e-s du public, salarié-e-s contre chômeurs/ euses. Il n’a qu’un seul but, mettre la population au service d’un capitalisme national.
Sa « préférence nationale » est une mesure discriminatoire qui a pour objectif la mise en place d’un racisme d’état qui organise un apartheid en divisant les Français en fonc- tion de leurs origines et de leurs différences.

En matière d’éducation, plutôt que de défendre une éducation qui permet à tous de réussir, le FN souhaite mettre en place un école à deux vitesses, qui légitime le tri social et permet aux élites de reproduire sans fin leurs privilèges.

Derrière ses discours, le FN demeure bien un parti d’extrême droite, attisant les peurs et la haine, et qui entretient toujours des liens étroits avec des groupuscules ouvertement racistes et violents. Derrière les propos plus « polissés » affleure toujours la nature xénophobe et autoritaire du FN comme en témoigne les récentes déclarations sur les « bienfaits de la colonisation » ou la non responsabilité de la France dans la ra e du Vel d’Hiv.

Pour toutes ces raisons pas une voix ne doit aller à l’extrême droite !

Combattre le FN c’est à la fois dénoncer son imposture, le danger qu’il incarne mais c’est aussi agir pour la transformation sociale. Développer les luttes sociales, dans les entre- prises, les quartiers est le meilleur moyen de le faire taire.

Pour mettre n aux inégalités à la souf- france sociale et aux injustices, il faut un autre partage des richesses qui passe par une remise en cause radicale du capitalisme. Car voilà bien le ressort essentiel du FN et de l’extrême droite : le capitalisme.

Nous n’avons donc pas d’autres choix que d’organiser les luttes sociales, pour refuser le libéralisme, faire converger les revendications de tous les dominés et construire dans l’unité la plus large une alternative porteuse de progrès et de justice sociale.

Pour faire reculer le FN, avançons ensemble en constituant un véritable front social, pour défendre nos droits et en conquérir de nouveaux.

Avançons ensemble pour construire une société solidaire, égalitaire, débarrassée des oppressions et des discriminations ! Cela commence dès le 1er mai.

> Télécharger et diffuser notre tract

> Retrouvez aussi l’analyse intersyndicale SUD éducation 13 / SNUipp-FSU 13, CNT-SO 13 et CGT Educ’13 : "L’extrême droite marche sur les droits des enfants"


Documents joints

PDF - 155.1 ko
PDF - 155.1 ko

Brèves

16 novembre - Précarisation du salariat et suppression des contrats aidés

Précarisation du salariat et suppression des contrats aidés : bilan et perspectives d’action De (...)

22 septembre - Mobilisation des retraitéEs

Appel intersyndical Mobilisation des retraitéEs
Marseille 26 septembre 10 h30 Vieux (...)

22 septembre - Manifestation pour le droit à l’avortement à Marseille le 28 septembre

Marseille : le 28 septembre - 18h - Rassemblement sous l’ombrière au Vieux Port (...)

15 septembre - CUI-CAE Rassemblement mercredi 20/09 à 13h devant la prefecture

Rassemblement le mercredi 20 septembre 2017 devant la préfecture à 13h contre la suppression des (...)

16 juin - Concert de soutien, apéro et repas

Pour que vive notre beau Local, 29 bd Lonchamp, 13001 Marseille