Réforme des retraites / A partir du 5 décembre faisons battre le gouvernement en retraite !

Dossier complet, argumentaire et appel à la grève
jeudi 7 novembre 2019
par  GUERDA
popularité : 1%

Après plusieurs décennies de démantèlement de notre système de retraites, le gouvernement Macron compte aujourd’hui lui porter le coup de grâce. Au menu : recul de l’âge de départ à la retraite, baisse des pensions, accroissement des inégalités. Le tout pour favoriser encore davantage les retraites complémentaires et les fonds de pension ! L’objectif est simple : réduire le coût du système des retraites, nous faire travailler toujours plus longtemps. Pour combattre ce projet au service des capitalistes et porter nos revendications pour une retraite plus juste, l’heure est à une mobilisation inédite. Dans tous les secteurs professionnels des appels à la grève reconductible sont lancés à partir du 5 décembre. Faisons plier le gouvernement.

La même rengaine depuis 30 ans

Comme toutes les réformes des retraites depuis 1993, la nouvelle réforme annoncée est présentée comme inéluctable. Le gouvernement prétend qu’il y a trop d’inactifs, que le déficit ne cesse de se creuser, et que sans réforme le régime de retraite risque de s’effondrer. Comme à l’occasion de chacune de ses réformes, SUD éducation 13 répondra présent pour s’opposer aux attaques contre notre système de protection sociale.

Le gouvernement présente l’allongement de la durée de vie comme un problème, dont la solution toute trouvée est le recul de l’âge du départ en retraite ou la baisse des pensions. Pourtant, nous vivons dans un pays où plus de gens travaillent qu’il y a 40 ans et qui produit plus de richesses chaque année.

La retraite par points du gouvernement : on sait ce qu’on cotise, impossible de savoir ce qu’on recevra

Dans le système actuel, on sait plus ou moins ce que l’on va toucher au moment de la retraite : c’est un système dit à prestations définies. Dans le projet du gouvernement, on accumule un certain nombre de points (sur la base de 10 euros cotisés = 1 point) tout au long de la carrière. Le calcul de la pension au moment du départ à la retraite dépendra du coefficient choisi par le gouvernement (pension annuelle = nombre de points × coefficient). Même si la valeur du point annoncée pour le moment est de 0,55 euros, il n’y a aucune garantie sur le fait que la valeur de ce coefficient (que l’on appelle la valeur du point) suive une progression ou même soit stable ! En fonction des politiques d’austérité menées par les gouvernement successifs, nos pensions pourront ainsi être réduites encore davantage, sans nouvelle réforme.

L’objectif du gouvernement : reculer (encore) l’âge du départ à la retraite

Pour les capitalistes, l’objectif est de faire travailler les salarié-e-s toujours plus longtemps et de baisser les pensions de celles et ceux qui ne sont plus en activité (actuellement 50%) au moment de la retraite . Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite pendant sa campagne, mais il a menti. En effet, pour toucher une retraite à taux plein, il faudra avec la réforme travailler jusqu’à 64 ans au moins (c’est l’“âge pivot”). La décote prévue est de 5% par année manquante. Il est déjà prévu que pour la génération des personnels nés à partir de 1975, ce sera 65 ans, et même 66 ans pour la génération 1987. À 62 ans, il y aura au moins 10% de perte de pension, voire 20% !

Des pensions qui vont diminuer de plusieurs centaines d’euros

Le projet du gouvernement, c’est avant tout de limiter la part du PIB consacré aux retraites à 13,8 %. Comme le nombre de retraité-e-s va augmenter, le montant des pensions va baisser : les retraité-e-s seront plus nombreux-se-s à se partager une part fixe du gâteau ! Dans l’éducation, ce sera particulièrement vrai : en effet, avec la prise en compte de la totalité de la carrière au lieu du salaire des 6 derniers mois pour les fonctionnaires, les pensions seront plus faibles.

D’autre part, les personnels qui touchent peu de primes, comme ceux de l’Éducation nationale, verront leurs pensions baisser fortement avec le nouveau mode de calcul (qui intègre les primes). Enfin, les femmes seront les plus touchées par les baisses de pension, car elles ont de plus bas revenus et plus de périodes non travaillées ou de temps partiels. Vous trouverez ci-dessous (pour la génération 1978 et 5 années en REP) et sur notre site Internet toutes les simulations de SUD éducation.

Simulez votre retraite sur notre site dédié à la réforme des retraites

PNG - 159.2 ko

Des inégalités femmes-hommes accrues

Less inégalités entre hommes et femmes sont déjà très fortes dans le système actuel. Cela dit, elles seront encore plus fortes avec le système de retraite prévu par la réforme. En effet, ce ne sont plus seulement les 6 derniers mois qui seront pris en compte (comme c’est actuellement le cas pour les fonctionnaires), mais la totalité de la carrière. Les carrières discontinues seront désavantagées, et en premier lieu les carrières des femmes, plus marquées par les congés de maternité, parentaux et les temps partiels.

Pour gagner préparons l’affrontement

Chacun-e sait qu’une journée de grève ne suffira pas à faire plier le gouvernement. Il s’agit dès à présent de construire un mouvement de grève reconductible et in- terprofessionnel d’ampleur.

  • Pour cela, dès le mois de novembre, déposons des heures d’informations syndicales et des RIS, multiplions les tournées pour construire la mobilisation et nous préparer à reconduire, de manière unitaire avec les différentes organisations syndicales ;
  • Dès le 5 décembre, dans les écoles et établissements, dans les villes et les départements, organisons des Assemblées générales massives qui votent la re- conduction de la grève pour le 6 décembre et les jours suivants ;
  • Dans le premier degré, nous appelons les personnels à déposer des déclarations d’intention de grève sur plusieurs jours ;
  • SUD éducation a déposé un préavis de grève reconductible couvrant les personnels grévistes pour toute la période qui suit le 5 décembre ;
  • Face au gouvernement au service du capital, seule une action collective forte nous permettra de re- prendre en main notre avenir !

Plus égalitaire la réforme ?

Le gouvernement présente sa réforme comme un système prétendument « universel », et donc plus juste. Pourtant les hauts salaires bénéficient toujours d’avantages fiscaux qui leur permettent une épargne individuelle et ainsi de compléter leur pension par capitalisation (avantage déjà prévu par la loi PACTE).

Le nouveau système veut passer pour équitable puisqu’un euro cotisé donnerait les mêmes droits pour tou-t-es. Mais si chacun-e pourra connaître ce qu’il-elle cotise, la valeur du point au moment de la liquidation sera, en réalité, différente d’une année sur l’autre, parce que la volonté de maintenir la part de richesse produite consacrée aux pensions devra rester constante (moins de 14 % du PIB) alors que le nombre de retraité-e-s va augmenter.

Nos revendications

  • 37,5 années de cotisations pour toutes et tous, public comme privé, et départ en retraite possible dans tous les cas à 60 ans à taux plein.
  • Taux de remplacement net de 75% pour toutes et tous les pensionné-e-s.
  • Pour des emplois stables à temps complet, contre toutes les formes d’emplois précaires, suppression des exonérations de cotisations accordées au patronat.
  • Maintien et amélioration du système par répartition. Suppression de tous les avantages fiscaux et sociaux pour les fonds d’épargne salariale, assurance-vie et autres fonds de pension.
  • L’égalité entre les hommes et les femmes au travail comme dans la retraite.

Le gouvernement prépare une attaque sans précédent, la réponse doit l’être tout autant. SOLIDAIRES, la CGT, la FSU, la FSE et l’UNEF organise un grand meeting unitaire à la Fac Saint-Charles, le jeudi 14 novembre 2019. Soyons nombreux-ses à y participer, pour s’informer et faire monter la température !

JPEG - 85.2 ko

Vous aussi dans votre établissement ou dans votre école, organisez une RIS ou une Heure d’informations syndicales. Pour cela rien de plus simples, consultez vos droits en cliquant sur les liens. N’hésitez pas à faire appel à nous. Nous nous déplacerons si nous en avons la possibilité.

L’intersyndicale de l’éducation dans les Bouches-du-Rhône est elle aussi particulièrement mobilisée et unie. Après plusieurs rencontres c’est un appel résolument combatif pour le 5 décembre qui a été rédigé par SUD éducation, la CGT éducation, le SNES-FSU, le SNUIpp, le SNEP, le SE-UNSA, FO, la CNT-SO et le SIAES. Lire l’appel.

PNG - 93.7 ko
PNG - 90.1 ko

JPEG - 28.5 ko
JPEG - 30.6 ko

Documents joints

PDF - 657.9 ko
PDF - 657.9 ko
PDF - 143.8 ko
PDF - 143.8 ko
PDF - 545 ko
PDF - 545 ko
PDF - 262.6 ko
PDF - 262.6 ko
PDF - 238.7 ko
PDF - 238.7 ko
PDF - 535.5 ko
PDF - 535.5 ko
PDF - 1.1 Mo
PDF - 1.1 Mo
PDF - 535.5 ko
PDF - 535.5 ko
PDF - 1.5 Mo
PDF - 1.5 Mo
PDF - 140.2 ko
PDF - 140.2 ko