Jeudi 3 octobre / Une journée de tristesse et de colère

Communiqué de presse de SUD éducation 13
jeudi 3 octobre 2019
par  GUERDA
popularité : 1%

Près d’un millier de personnes se sont rassemblées ce midi devant la DSDEN à Marseille en hommage à notre collègue Christine Renon, directrice d’école à Pantin, qui s’est suicidée le 21 septembre. Du premier comme du second degré, les collègues ont partagé un moment d’une intense émotion, notamment pendant la minute de silence, où couchés au sol, les regards se sont rapidement embrumés. Mais une fois debout, c’est aux cris de « Blanquer ! Ecoute notre colère ! » qu’ils se sont fait entendre, une colère profonde qui s’installe depuis plusieurs mois au cœur de notre profession. Plusieurs d’entre eux-elles étaient aujourd’hui en grève à l’appel de SUD éducation 13 et de la CGT Educ’action 13.

La délégation intersyndicale reçue au même moment par le DASEN est sortie après plus d’une heure, sans aucune autre réponse de la part de la hiérarchie que « patience. »… mais de ne pas en rester à une seule journée de deuil et de se retrouver dès la semaine prochaine afin de construire une mobilisation durable.

Des réformes qui se multiplient et s’appliquent dans la précipitation sans aucune concertation, une hiérarchie qui adopte des méthodes managériales exerçant une pression sans précédent sur les personnels, une accumulation de tâches éloignées de nos professions qui font perdre tout sens à nos métiers, le manque de reconnaissance voire le mépris affiché par notre administration … ne sont que des exemples de la dégradation de nos conditions de travail.

Comme beaucoup d’autres, notamment dans la fonction publique, notre profession souffre. Mais cette souffrance est non seulement ignorée par l’éducation nationale mais aussi invisibilisée.

Et pourtant notre employeur a le devoir de protéger ses agents et de veiller sur leur santé. Alors que nos conditions de travail explosent et que les incidents se multiplient, les personnels n’ont pas accès à la visite médicale de prévention, pourtant obligatoire. En moyenne, un collègue peut espérer avoir un rendez-vous avec la médecine préventive une fois tous les 37,5 ans dans sa carrière.

C’est pourquoi SUD éducation Aix-Marseille lance une vaste campagne autour de la santé au travail. Celle-ci s’articule autour du dépôt collectif de demandes individuelles de visite médicale de prévention. L’objectif est clair : Ne perdons pas plus notre vie à la gagner !