Covid-19 / Nous faisons notre travail, faites le votre ! Lettre ouverte de SUD éducation 13 au recteur et au DASEN

mercredi 25 mars 2020
par  GUERDA
popularité : 2%

Nous avons été choqué d’apprendre que directeurs-trices d’écoles et chefs d’établissement recevaient quotidiennement des demandes de remontée des états de service des agent-es. Alors que les collègues assurent leurs missions dans des conditions extrêmement compliqué, tout le monde n’a visiblement pas le même sens des priorités. SUD éducation 13 demande des explications à l’administration sur cette façon de procéder dans cette lettre ouverte.


Monsieur le Recteur, Monsieur le DASEN,

Nous avons été informé-es par des collègues enseignant-es du premier comme du second degré de la demande institutionnelle faite aux chef-fes d’établissements ainsi qu’aux directeurs-trices d’écoles quant aux remontées des états de service des agent-es.
Pour rappel, depuis lundi 16 mars, les personnels de l’Education Nationale font tout ce qui est en leur pouvoir, individuellement et collectivement pour que le lien des élèves avec l’école perdure.

Il serait bon que toute la hiérarchie de l’Education Nationale parte de ce constat. Ce serait peut- être enfin le début d’une véritable « Ecole de la confiance ».
Dans une période aussi difficile pour toute la population il est important de s’appuyer sur le professionnalisme de chacun-e. Les personnels de l’Education Nationale remplissent une mission de service public et ils et elles sont soucieux-ses de cela. Ils et elles n’ont nul besoin de rappels incessants de hiérarchies visiblement inoccupées.

Le document envoyé et reçu par les équipes a suscité des vagues d’indignations légitimes chez les collègues. Qu’il soit réalisé des états de service concernant les enseignant-es et autres personnels se rendant dans les établissements accueillant les enfants de soignant-es nous parait légitime et même essentiel dans le cadre de la gratification dont vous avez fait état dans votre courrier du 19 mars dernier au sujet des enseignant-es volontaires.

A contrario, les enseignants et enseignantes, ne sont pas des cases à cocher dans un tableau, morbide qui plus est !

A contrario, les enseignant-es volontaires n’ont toujours pas reçu d’ordres de missions écrits, leur permettant d’avoir l’assurance qu’ils-elles sont encadrées par la réglementation qui est la nôtre.

A contrario, les enseignant-es volontaires se retrouvent parfois dans des situations les mettant en danger : pas de masques de protection, pas de test de dépistage, pas de gel hydroalcoolique...

Vous le savez, les enseignant-es ne sont pas disponibles en ce moment pour aller ramasser des fraises ! Ils-elles sont au travail, à la maison, dans les écoles, au plus près de leurs élèves, des familles.

Les enseignant-es aujourd’hui n’ont pas besoin d’injonctions permanentes, de messages anxiogènes !

Ils et elles ont besoin qu’on les reconnaisse dans leur professionnalité, dans l’esprit de solidarité dont ils et elles font preuve partout sur le territoire.
Ils et elles ont besoin que toute la chaine hiérarchique les respecte, les soutienne, dans un état d’esprit de confiance et de bienveillance, à l’instar de ce qu’ils-elles font au quotidien pour et avec leurs élèves et leurs familles.
Ils et elles ont besoin que toute la chaine hiérarchique soit mobilisée pour leur garantir, ainsi que la loi le prévoit, les conditions de santé et de sécurité optimales dans le contexte actuel.

SUD éducation 13 appelle les chef-fes d’établissements, les directeurs-trices d’écoles à ne pas céder à cette pression hiérarchique de contrôle des collègues.

SUD éducation 13 réitère les demandes faites la semaine dernière. Nous exigeons :

- * Que l’accueil des groupes d’élèves soit restreint à 4 enfants et un-e enseignant- e par salle de classe, conformément aux recommandations du ministre de la santé qui préconise ne pas rentrer en contact avec plus de 5 personnes par jour.

  • De n’accueillir que les enfants de soignant-es ou personnes indispensables qui sont en situation de monoparentalité ou dont le-la conjoint-e est dans la même situation car les textes prévoient la possibilité de le faire.
  • Que les enseignant-es volontaires soient affecté-es au plus près de chez eux- elles pour ne pas utiliser les transports en commun.
  • Que les enseignant-es volontaires reçoivent pour chaque déplacement des ordres nominatifs écrits (ordre de mission avec prise en charge des frais de transports si besoin).
  • Que la rotation de personnels soit la plus faible possible (en tout état de cause pas des demies- journées).
  • Une désinfection des locaux et du matériel journalière pour se protéger.
  • Que l’administration fournisse le matériel nécessaire à la protection sanitaire (masque, savon, gel
  • hydroalcoolique, tests) des personnels et des élèves.
  • Une prise en charge par les services municipaux pour le temps du midi (repas et encadrement des enfants).

Les enseignants et enseignantes travaillent ! Protégez-les et laissez-les tranquilles !
Soyez assuré, Monsieur le Directeur Académique, de notre attachement au service public d’éducation, et de notre solidarité envers nos élèves et leurs familles.