COVID-19 / Personne à risques, comment se protéger ?

jeudi 12 mars 2020
par  GUERDA
popularité : 4%

En fonction de certaines pathologies, l’exposition au COVID-19 est plus dangereuse que d’habitude et risque d’entrainer des complications. Un ensemble de critères a été retenu par l’État et le Haut Conseil de la Santé Publique pour définir quelles sont les personnes à risque. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas reprendre le travail et privilégier un travail à distance. Mais les droits qui s’appliquent aux personnels peuvent aussi s’appliquer à votre entourage, votre famille. Nous vous donnons toutes les démarches à effectuer quelle que soit votre situation.

Je suis une personne à risque dois-je reprendre le travail ?

Non, en fonction de certaines pathologies, l’exposition au COVID-19 est plus dangereuse que d’habitude et risque d’entraîner des complications. Un ensemble de critères a été retenu par l’État et le Haut Conseil de la Santé Publique pour définir quelles sont les personnes à risque. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas reprendre le travail et privilégier un travail à distance si votre état le permet.

Si c’est le cas nous vous conseillons de prendre contact directement et en priorité avec votre médecin traitant qui vous délivrera un certificat médical sans préciser votre pathologie (secret médical).

Contactez ensuite votre chef d’établissement ou votre IEN sans indiquer les raisons médicales pour qu’il vous place en travail à distance.

Vous pouvez aussi contacter la médecine de prévention du rectorat d’Aix-Marseille mais, comme vous le savez, celle-ci fait défaut dans l’Éducation Nationale. Avec plus de 50 000 agentES dans notre académie, il n’y a que 3,5 médecinES de prévention. Il ne faut donc pas s’attendre à une réaction rapide.

IMPORTANT : Si vous n’êtes pas non plus dans la possibilité d’effectuer un travail à distance, vous pouvez bénéficier d’une ASA (Autorisation Spéciale d’Absence). L’impossibilité d’effectuer votre travail à distance peut-être liée à la nature de votre métier mais aussi à la nature de votre pathologie. Si vous êtes dans ce cas, il faut faire une demande d’ASA à votre supérieur hiérarchique (IEN pour le 1er degré, Chef-fe d’établissement pour le 2nd degré) pour en bénéficier.

Les contacts : ce.medecinedeprevention@ac-aix-marseille.fr

Comment savoir si je suis une personne à risques ?

En fonction de certaines pathologies, l’exposition au COVID-19 est plus dangereuse que d’habitude et risque d’entraîner de graves complications. Un ensemble de critères a été retenu par l’État et le Haut Conseil de la Santé Publique pour définir quelles sont les personnes à risque.

Je vis avec une personne à risque, que dois-je faire ?

Vous allez pouvoir bénéficier des mêmes dispositions que si vous étiez vous-même à risque. Le ministre l’a rappelé ce mercredi 29 avril et la circulaire du 6 mai le confirme : les personnels dans cette situation doivent rester confinéES afin de ne pas exposer leurs proches. Ielles continueront de faire de l’enseignement à distance comme pendant le confinement si cela est possible. Votre conjoint-e doit obtenir un certificat médical justifiant votre impossibilité de vous rendre au travail. Contactez ensuite votre supérieur hiérarchique (IEN ou Chef-fe d’établissement) en lui fournissant le certificat de votre conjoint-e et un justificatif de domicile.

En cas d’impossibilité pour vous de travailler à distance vous pouvez bénéficier d’une ASA en en faisant la demande à votre supérieur hiérarchique. Les pièces justificatives sont les mêmes que plus haut.

Quelles sont les implications d’une ASA ?

L’ASA est un congé exceptionnel qui est accordé par l’autorité hiérarchique dans le cas ou votre situation ne vous permet pas de vous rendre sur votre lieu de travail et dans l’éventualité où le travail à distance n’est pas possible.

Durant cette période, vous êtes considéré comme étant en activité. Il n’y a donc aucune incidence sur votre rémunération ou sur votre carrière.

Je ne rentre pas dans les critères de l’État ou du Haut Conseil de la santé publique mais mon état de santé ou celui de l’un-e de mes proches me semble être problématique ?

Vous pouvez ne pas rentrer dans les critères retenues par l’Etat et pour autant être inquiet à cause de votre état de santé ou votre pathologie. Il existe là aussi des solutions. La circulaire du 6 mai laisse des possibilités à la discrétion du supérieur hiérarchique. Si ce dernier ne peut pas avoir d’interprétation restrictive de la loi il peut en faire un usage plus favorable pour les personnels. Vous pouvez si votre état de santé vous le permet, demander à ne pas reprendre sous forme présentielle pour privilégier le travail à distance. Dans le cas où ce la ne vous serez pas accordé, prenez contact avec votre médecin traitant qui pourra vous fournir un arrêt de travail. Votre supérieur hiérarchique a ainsi tout intérêt à accepter votre proposition de travailler à distance.

Prenez contact avec SUD éducation 13 pour être accompagnéE dans vos démarches et avoir des conseil. Vous pouvez également tenter de rentrer en contact avec les médecins de prévention de l’académie d’Aix-Marseille : ce.medecinedeprevention@ac-aix-marseille.fr


Documents joints

Circulaire ASA - 6 mai
Circulaire ASA - 6 mai