Dernière CAPA 2020 dernière CAPA tout court ?

Déclaration liminaire Sud éducation 13,84,04,05
mercredi 10 juin 2020
par  SN
popularité : 5%

Déclaration liminaire CAPA certifiéES 9 juin 2020 SUD EDUCATION 13, 84, 04,05

Concernant l’actualité  
Pour Sud éducation Non, le projet du gouvernement et du ministère en matière de dé-confinement ne permet pas de lutter contre les inégalités scolaires. la réouverture des établissements depuis le 11 mai n’a pas permis l’accueil des élèves décrocheurs-ses.
Depuis la réouverture, les équipes des établissements subissent une pression et un stress important dû à de multiples incertitudes et doutes qui viennent s’ajouter à des risques psycho-sociaux liés à l’épidémie et aux attaques dans certains médias à l’encontre du corps enseignant qui serait en roue libre jusqu’aux vacances scolaires !
L’autonomie des établissements entraîne de fortes disparités entre les collèges pour le protocole sanitaire et pédagogique mis en place (strict mais application souple).
Les personnels font preuve d’une grande résilience pendant cette période : Emplois du temps, groupes classes remaniés, gestion du travail en présentiel et en distanciel. Or nous rappelons que le Ministre s’est engagé à ce que les enseignantEs n’effectuent pas à la fois le présentiel ET le suivi à distance. Comment faire quand dans nombre d’établissement 30 % des élèves sont retournés en présentiel ? Dans le contexte actuel, nous rappelons qu’il ne peut y avoir de « continuité pédagogique » comme le martèle depuis des semaines le ministère.
Les annonces de réouverture progressive se font à la télé et les établissements doivent suivre ! Quid de la rentrée de septembre ? Que d’incertitudes pour les personnels et les enfants !

Nous sommes très inquiètES sur les annonces ministérielles relatives à l’école numérique à distance.
Comment intégrer dans les nouveaux programmes scolaires dès la rentrée de septembre le Renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable et en même temps promouvoir le numérique quand on connaît l’empreinte écologique de ce dernier 10% de la production électrique mondiale. Pour Sud éducation, l’école c’est en classe entre unE enseignantE et des élèves !

BAISSE DES MOYENS DGH

Pendant ce temps de confinement et déconfinement, les DGH et les CA en distanciel se sont multipliées et les baisses de moyens sont entérinées tout particulièrement en éducation prioritaire. Et ce alors même que M Blanquer fait mine aujourd’hui d’être fortement engagé dans la lutte contre les inégalités scolaires.

Dans la perspective de septembre : Sud éducation appelle à un plan d’urgence pour l’éducation.

Sud éducation revendique :

révision des cartes scolaires et un moratoire sur toutes les suppressions des postes

  • des créations de postes pour permettre l’accompagnement de chaque élève dans sa scolarité et en priorité dans l’Education Prioritaire qui subit des coupes drastiques ;
  • l’augmentation du nombre de postes de remplaçantES titulaires, afin de pourvoir aux remplacements nécessaires tout au long de l’année scolaire notamment lors des journées de formations et Autorisation spéciales d’absences ;
  • la titularisation de toustes les stagiaires.
  • Pour conclure, Sud éducation revendique un rétablissement de tous les moyens supprimés et la mise en place d’un plan d’urgence dès la rentrée scolaire.

Nous examinons aujourd’hui l’avancement d’échelon de la hors classe

Sud-éducation rejette la compétition entre collègues ainsi que la multiplication des statuts et des grades, le système des promotions au choix. Notre syndicat est donc opposé à la « hors classe » et à tout processus de notation au « mérite » dont nous pensons qu’elles n’ont rien à faire dans le service public.
S’il s’agit de motiver davantage les personnels, qu’on donne d’abord à ceux-ci les moyens d’exercer leur mission de service public en créant les milliers de postes nécessaires, en cessant de précariser chaque année davantage de personnels, en en finissant une bonne fois pour toute avec la baisse continue de leur pouvoir d’achat...
Le PPCR, auquel nous nous sommes opposés, en échange d’une revalorisation du point d’indice dérisoire, ne fait que renforcer l’arbitraire, mais en rien nos pensions !
Nous continuons : à nous opposer à toute transformation managériale de l’évaluation des personnels et à tout accroissement du contrôle hiérarchique, à revendiquer une évaluation formative et coopérative, déconnectée des rémunérations et de l’évolution des carrières, qui doit être la même pour tou-te-s, et à exiger la réduction du temps de service des enseignant-e-s devant élèves.

C’est pourquoi, nous demandons la disparition de la hors-classe, et de la classe exceptionnelle et la création d’un corps unique et d’un salaire égal pour tous et toutes de façon à avoir enfin pour objectif de pouvoir terminer notre carrière en classe et non hors classe.

Sur les mesures d’actualité concernant le métier 

Sud éducation dénonce l’arrêté du 26 mai qui modifie les règles de titularisation des fonctionnaires stagiaires. La visite d’inspection ne doit pas être réservée aux cas de licenciement. Les collègues ne doivent pas être pénalisés par la crise sanitaire encore plus qu’ils et elles ne l’ont déjà été au vu des circonstances de cette année de stage.

Sur les concours internes Sud éducation revendique l’admission des admissibles. l’annulation des épreuves orales pénalise de nombreux collèges. 4000 admissibles se voient recaler au concours sans épreuve orale. Et ce alors même que l’on manque de personnels. Sud éducation revendique la titularisation des précaires.


Documents joints

PDF - 152.4 ko
PDF - 152.4 ko