Enseignant-es stagiaires / Comment fonctionne une école ? - 1er degré

vendredi 20 août 2021
par  GUERDA
popularité : 2%

Vous allez arriver dans une petite structure, l’école. Voici quelques clefs pour en comprendre le fonctionnement. Surtout, n’oubliez pas : vous rentrez dans une équipe solidaire, où toutes et tous sont égaux-ales.


La direction d’école

Le-la directeur-rice veille à la bonne marche de l’école, coordonne l’équipe pédagogique. Il ou elle transmet les infos émanant de la hiérarchie (IEN) et des autorités locales (mairie) dont il ou elle est le premier‑e interlocuteur-rice.

Le-la directeur-rice d’école est un‑e enseignant‑e chargé‑e de direction et non un‑e supérieur‑e hiérarchique. Il ou elle doit consulter son équipe et porter les décisions prises collectivement par cette dernière lors des conseils des maître-sse‑s.

À l’occasion d’une réunion de travail consacrée aux directions d’école le 2 juillet, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé la création imminente par décret d’un «  emploi fonctionnel  » pour les directeurs et directrices ayant la charge d’une école de plus de 13 ou 14 classes. L’objectif est de donner aux directeurs et directrices un statut différent de leurs collègues qui leur donnerait une autorité fonctionnelle. En parallèle, il existe une proposition de loi Rilhac en débat au Parlement qui vise imposer ce changement de statut à toutes et tous les collègues chargé-e‑s de direction.

Cela ne correspond en rien à la revendication des personnels, qui revendiquent le caractère démocratique et collectif des décisions prises entre professionnel-le‑s dans l’école, et une baisse de la charge de travail des collègues chargé-e‑s de direction.

Selon SUD éducation, à rebours de ce projet de loi, ce dont ont besoin immédiatement les directrices et directeurs est :

  • un allègement réel des tâches administratives avec l’arrêt des différentes enquêtes qui relèvent plus du management que des besoins des écoles  ;
  • une définition claire des responsabilités en termes de sécurité avec des missions qui doivent être assumées par les Dasen, IEN et collectivités  ;
  • une augmentation du temps de décharge, planifié à l’avance et indemnisé dans le cas où il n’aurait pas lieu faute de remplacement. Dans un souci de gestion coopérative et collective des tâches de direction, ce temps devrait pouvoir être partagé entre les collègues d’une même école en fonction des souhaits exprimés : direction unique, co-direction, direction collégiale, direction alternée, etc.

Les 108 heures annualisées

En plus des 24 heures hebdomadaires, les professeur‑e‑s des écoles doivent faire 108 heures annualisées, qui regroupent les conseils d’école (6 h), la formation continue (18 h, dont les animations pédagogiques), 36 h d’Activités pédagogiques complémentaires et 48 h consacrées au travail en équipe (conseils des maître-sse‑s et de cycle, relations avec les parents, suivi des élèves en situation de handicap). Une partie de ces heures (hors conseils d’école) peut être remplacée par des réunions d’information syndicale. Un‑e stagiaire, en raison de son mi-temps en classe, doit donc effectuer la moitié des 108h.

Le conseil des maître-sse‑s

Le conseil des maître-sse‑s est présidé par le/la directeur-rice, il se réunit au moins une fois par trimestre et chaque fois que le ou la président‑e le juge utile ou que la moitié de ses membres en fait la demande. Son rôle est d’organiser la vie de l’école d’un point de vue pratique (services…) et pédagogique (conseils de cycles…). Il peut également donner son avis sur des problèmes ponctuels.

Il doit être par conséquent un lieu d’information, d’échange, de débat et de prise de décisions collectives donc de démocratie. Cela nécessite transparence et objectivité dans la transmission des informations. Vous pouvez par conséquent demander un ordre du jour amendable et les comptes rendus des réunions de directeur-rice‑s (IEN, mairie…).

Le conseil d’école

Le conseil d’école se réunit au moins une fois par trimestre à la demande de la direction, du ou de la maire ou de la moitié de ses membres.

Il est composé de la direction qui le préside, du ou de la maire ou son/sa représentant‑e, des enseignant‑e‑s de l’école, d’un‑e enseignant‑e du réseau d’aide choisi par le conseil des maîtres-se‑s, des représentant‑e‑s des parents d’élèves élu‑e‑s (jusqu’à un par classe), un‑e délégué‑e départemental‑e de l’Education nationale (DDEN) et l’IEN de circonscription, qui vient rarement.

Selon les collectivités territoriales, un‑e représentant‑e du temps périscolaire peut également être présent‑e en conseil d’école.

Parmi les rôles du conseil d’école :

  • vote du règlement intérieur de l’école (amendable sur les points ne relevant ni de lois ni de décrets) ;
  • adoption du projet d’école (pour 3 ans) ;
  • avis et suggestions sur le fonctionnement et la vie de l’école (restauration scolaire, hygiène, horaires, rythmes scolaires…) ;
  • Le consensus n’étant pas une obligation, chaque membre peut défendre son opinion, qui figurera dans le compte-rendu.

Le temps de service

Pour les stagiaires n’alternant pas semaines de classe et semaines de formation, en raison de la réforme des rythmes scolaires, chaque enseignant‑e, selon ses jours de classe, ne passe pas le même temps devant les élèves. Certain‑e‑s d’entre vous seront donc amené‑e‑s lors de leur mi-temps en classe à se trouver en sur-service. Si vous effectuez plus que les 12 heures hebdomadaires, il convient de nous informer et de contacter les services de la direction académique afin de récupérer en fin d’année le surplus d’heures effectuées.