Licenciement mode d’emploi
ou le décret sur la mobilité des fonctionnaires

lundi 14 février 2011
par  Rédac13014
popularité : 51%

Le Journal Officiel a publié le Décret n° 2010-1402 du 12 novembre 2010 sur la réorientation professionnelle des
fonctionnaires signé dans le cadre de la loi sur la mobilité des fonctionnaires, votée en 2009. Ce décret prévoit le
licenciement des fonctionnaires pour suppression d’emploi dans le cadre d’un projet de réorganisation ou
d’évolution de l’activité du service dans lequel le titulaire de l’État est affecté.
Ce décret permet à l’État de
redéployer ses agents et, si ces derniers ne l’acceptent pas, de s’en séparer.

Le mécanisme comporte 3 étapes principales.

La première consiste dans le placement de l’agent en situation de réorientation professionnelle, période au cours de
laquelle il ne subit aucun préjudice en terme de rémunération mais réalise un bilan de compétences et établit un projet
d’évolution, avec, entre autres, ses "perspectives d’évolution professionnelle", le type d’emploi, d’activités ou de
responsabilités qui lui correspondent. Notons que l’article 44ter stipule que « L’administration établit, après
consultation du fonctionnaire placé en situation de réorientation professionnelle, un projet personnalisé d’évolution
professionnelle qui a pour objet de faciliter son affectation (...) » : c’est bien l’administration qui établit le projet
personnalisé d’évolution. Le fonctionnaire est seulement consulté.

La deuxième étape est marquée par la fin de la réorientation et peut prendre 3 formes :
- nomination de l’agent sur un autre emploi : en effet, « le fonctionnaire peut être appelé à accomplir des
missions temporaires pour le compte de son administration ou d’une autre administration. Les missions
qui lui sont alors confiées doivent s’insérer dans le projet personnalisé. » C’est ainsi que naît le
fonctionnaire intérimaire !
- placement de l’agent, à sa demande dans une autre situation ou position
- mise en disponibilité d’office pour une durée indéterminée (sans rémunération ni indemnité ni chômage ni
droit d’avancement ou à la retraite) de l’agent qui aurait refusé 3 offres d’emploi public.

Lors de la troisième étape, il pourra être mis fin par l’employeur à la disponibilité de l’agent de 3 manières :
- réintégration dans le corps d’origine,
- admission à la retraite,
- licenciement si refus de 3 postes proposés en vue de sa réintégration.

Ce décret est un véritable mode d’emploi pour le
licenciement des fonctionnaires.
En effet, sous
couvert de "moderniser" le statut de la fonction
publique soudainement devenu inadapté, ces nouveaux
dispositifs sont surtout adaptés pour donner aux
administrations plus de flexibilité en fonction des
besoins.

Démantèlement du statut de la Fonction Publique,
remplacement des fonctionnaires par des
contractuels ou des intérimaires, réduction des
effectifs...
Que d’économies en perspective pour
notre gouvernement ! En outre, quel excellent moyen de pression sur tous
ceux qui continuent à s’opposer à la destruction du
service public d’éducation !


Brèves

1er décembre - 7 décembre Mobilisation contre la suppression des contrats aidés

Le jeudi 7 décembre à 10 h devant le conseil régional à la porte d’Aix : journée de mobilisation (...)

16 novembre - Précarisation du salariat et suppression des contrats aidés

Précarisation du salariat et suppression des contrats aidés : bilan et perspectives d’action De (...)

22 septembre - Mobilisation des retraitéEs

Appel intersyndical Mobilisation des retraitéEs
Marseille 26 septembre 10 h30 Vieux (...)

22 septembre - Manifestation pour le droit à l’avortement à Marseille le 28 septembre

Marseille : le 28 septembre - 18h - Rassemblement sous l’ombrière au Vieux Port (...)

15 septembre - CUI-CAE Rassemblement mercredi 20/09 à 13h devant la prefecture

Rassemblement le mercredi 20 septembre 2017 devant la préfecture à 13h contre la suppression des (...)