Déficit de remplaçants, la réponse du gouvernement : le recours à des personnels contractuels !

Un courrier de Jean Arthuis, sénateur centriste, à Luc Chatel sur le remplacement des enseignants
lundi 7 mars 2011
par  Rédac13014
popularité : 48%

Ce courrier est révélateur, aux yeux de ceux qui en doutent, des leviers sur lesquels le gouvernement compte jouer pour supprimer les actuels remplaçants titulaires (fonctionnaires admis sur concours).
C’est nous (SUD éduc) qui soulignons les passages en gras.

******************************************************

Date de publication : lundi 21 février 2011

- Communication du Sénat du 17.02.11
- Management et fonction publique / Education et formation

Lors de votre audition devant la commission des finances le 17 juin 2010, vous aviez annoncé plusieurs mesures afin d’améliorer les procédures de remplacement des enseignants absents à compter de la rentrée 2010 :

" En ce qui concerne les remplacements, je n’ai pas repris l’idée de mon prédécesseurs de créer une agence, mais je partage ses objectifs. Dès la rentrée prochaine, le système sera assoupli à l’heure actuelle, les remplaçants titulaires ne peuvent être affectés qu’au sein de leur académie, même dans une région comme l’Ile-de-France où l’on compte trois académies.Désormais ils pourront franchir le périphérique. En outre, le délai de carence de quatorze jours, pendant lequel les établissements gèrent seuls les remplacements, sera supprimé : dès le premier jours ils pourront faire appel à l’académie. Chaque recteur a d’ailleurs nommé un responsable académique du remplacement. Enfin, dans chaque académie, une liste de contractuels remplaçant sera établie : professeurs contractuels, étudiants, voire retraités de l’éducation nationale. "

Ces engagements avaient alors retenu toute mon attention. Toutefois, force est de constater encore aujourd’hui la trop faible réactivité du système scolaire ; les collèges situés dans mon département, notamment à Ambrières-les-Vallées, font par exemple régulièrement face à des difficultés de remplacement des enseignants absents.

Dans cette perspective, je souhaitais savoir si cette situation résultait d’un manque d’appropriation des nouvelles procédures par les différents gestionnaires, d’une inadéquation de ces procédures, ou d’un carence en ressources humaines.

N’y-a-t-il pas nécessité de mutualiser les compétences enseignantes au plan départemental ? Ne peut-on concevoir des conventions entre les établissements et les professeurs afin qu’ils puissent intervenir aussi bien en collège public qu’en collège privé ? L’objectif étant d’assurer la continuité et la qualité des cours.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Pour lire la lettre en ligne : http://www.secteurpublic.fr/


Brèves

16 juin - Concert de soutien, apéro et repas

Pour que vive notre beau Local, 29 bd Lonchamp, 13001 Marseille

8 juin - Rassemblement

pour construire la riposte face à la casse sociale à venir,
Appel de Solidaires à un (...)

21 mai - Fête du vivre ensemble - Le 21 mai soyons nombreux-ses !

Au parc Font Obscure dés 11h30 Avenue Prosper Mérimée - 13014 Marseille
Racisme, inégalités, (...)

19 mai - Ciné Solidaires

Projection de The Magdalene sisters et apéro dinatoire
Vendredi 19 mai à 19h
au local (...)

6 mars - En grève le 8 mars

RDV à 11h30 devant le Medef place du général de Gaulle à Marseille
et à 15h40 aux (...)