Exigeons la réintégration d’une enseignante !

lundi 26 septembre 2011
par  SR
popularité : 17%

Sud Éducation refuse l’arbitraire dont est victime Karyne Girardot et exige la réintégration de cette enseignante sur son poste à Izaut de l’Hôtel.

Une enseignante de Haute-Garonne, chargée de direction en classe unique depuis 8 ans à Izaut de l’Hôtel, a appris que l’administration de l’Éducation Nationale avait pris à son encontre, de manière inacceptable et disproportionnée, « un arrêt de suspension conservatoire en vue de la protéger et de protéger les enfants ». En d’autres termes, Karyne Girardot-Dedieu, qui risque un conseil disciplinaire, est mise à pied depuis le 1er septembre 2011. Au même moment, l’administration ouvre la 2ème classe devenue nécessaire au vu des effectifs.

L’Éducation nationale essaie-t-elle de reprendre la main pour que le fichier Base-élèves auquel s’opposaient parents et enseignante devienne incontournable ?

Un village déchiré autour de l’école

Un clivage municipal a entraîné des relations tendues autour de l’école, des suspicions et des violences, qui ont débordé le cadre professionnel pour atteindre cette enseignante dans sa vie privée, et aller jusqu’à toucher son mari. Ces différentes pressions à répétitions et ces violences (le Maire a été condamné), ont contribué à jeter le trouble tandis que l’enseignante réussissait à garder la sérénité nécessaire en classe. Cinq parents impliqués personnellement, se sont rangés derrière les positions du Maire et n’ont entretenu avec l’enseignante que des relations conflictuelles, où la cause des enfants est souvent instrumentalisée ou bien lointaine. Aussi se sont-ils plaint à l’Inspection Académique que leurs enfants étaient en souffrance à l’école. Pourtant la majorité des parents soutiennent cette enseignante, car ils ont su apprécier durant ses 8 ans en poste, son engagement professionnel à faire classe à toujours plus d’élèves de la GS au CM2.

Une administration de l’Éducation nationale qui tourne le dos à ses missions

Historiquement, l’Éducation Nationale servait de médiateur voire de protecteur lorsqu’un de ses fonctionnaires était pris dans un conflit. Cette éthique est désormais battue en brèche lorsque l’enseignant(e) ne s’inscrit pas dans la culture managériale dictée par la société libérale où culture du résultat et clientélisme deviennent la norme.

Que demande l’administration à un(e) enseignant(e) de nos jours ?

Comptabiliser les enfants qui lui sont confiés, dans un fichier national nommé BASE-élèves, sans l’autorisation des parents !

Karyne Girardot s’y refuse, à l’instar du Collectif National de Résistance à Base-élèves. De nombreux parents de l’école ont fait valoir leur droit d’opposition au fichage de leur enfant, comme une décision du Conseil d’État les y autorise désormais depuis le 19/07/2010. Contrairement à ce qui se pratique dans de nombreuses écoles qui passent outre le droit des parents, les enfants d’Izaut de l’Hôtel ne sont pas fichés en cachette !

Faire passer des évaluations nationales en CE1 et en CM2, dans l’objectif de mettre les écoles en concurrence en pilotant le système par les chiffres, au lieu d’évaluer les acquisitions de chaque élève.

Karyne Girardot s’y refuse, comme le Réseau National des Enseignants en Résistance Pédagogique, car le procédé contribue à s’écarter de plus en plus des missions de l’école notamment par une correction binaire et des dates de passation qui sont sans rapport avec l’ordre dont le programme est étudié en classe.

Sont-ce les prises de position de cette enseignante qui sont visées en la laissant subir la tyrannie d’un élu ?

Cette manière expéditive de prendre des décisions vis-à-vis du personnel enseignant deviendrait-il la norme de la part de la hiérarchie de l’Éducation Nationale, comme on l’a vu récemment dans le Loir et Cher ?

Sud Éducation refuse l’arbitraire dont est victime Karyne Girardot et exige la réintégration de cette enseignante sur son poste à Izaut de l’Hôtel.


Brèves

13 décembre - Conseil Fédéral Sud Education

Paris. jeudi 13 novembre vendredi 14 décembre

6 décembre - Fin élections professionnelles

ELECTIONS PROFESSIONNELLES 29 novembre -6 decembre

1er décembre - Rassemblement action contre les PPP

Collectif Marseille contre les PPP 1er décembre RDV 11h00 -13h00 sous l’Ombrière Vieux Port : (...)

29 novembre - Stage militer sur le terrain

ELECTIONS PROFESSIONNELLES : 9h00 RDV local. faisons voter Sud éducation. Tournée de (...)

25 juin - Rassemblement contre les PPP

À 7h45, devant le Conseil Municipal de Marseille.

12 avril - Conférence / Quand Gaudin vend nos écoles au privé

Rendez-vous le jeudi 12 avril dès 19h dans les locaux de SUD éducation 13 (29 bd Longchamp, (...)

5 avril - grève le 10 avril

10 avril, grève avec un RENDEZ-VOUS FAC ST-CHARLES A 10H !
Rassemblement avec les étudiantEs en (...)