PROPOSITION DE MOTION DE REFUS DU LPC

jeudi 16 février 2012
par  Rédac13014
popularité : 1%

PROPOSITION DE MOTION
EN CONSEIL D’ECOLE / EN CONSEIL D’ADMINISTRATION
DE REFUS DU LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES (LPC)
(à adapter localement)

Le Conseil d’école/Le Conseil d’Administration ---------------------------- de -----------------------, réuni le ---------------------------, refuse la mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences.

Le Livret Personnel de Compétences n’est pas un livret, mais un fichier national.

Le Livret Personnel de Compétences n’est pas personnel car il n’appartient pas à l’élève, mais à l’Etat, et les données qu’il contient sortent de l’espace privé.

Le Livret Personnel de Compétences n’évalue pas des compétences d’ordre pédagogique, mais des critères de conformité, ceux qui permettent de juger un travailleur, non d’accompagner un être en devenir.

Il s’agit bien d’un fichage informatique d’une nature et d’une ampleur jamais imaginées : celui des compétences depuis la petite enfance et tout au long de la vie. Le droit à l’oubli n’existe plus : ficher les compétences revient aussi à ficher les incompétences…

Qui peut prévoir les conséquences sur les personnes de se savoir tracées de façon irréversible sur la durée ? Déterminisme et tri précoce des élèves n’ont rien à faire dans l’Education Nationale, qui doit au contraire s’appuyer sur le temps et sur la confiance en la capacité de progrès de tous les élèves.

Ces "compétences" avaient été introduites dans la base de données Base Elèves en 2007, puis supprimées en 2008 sous la pression de la société civile. Elles réapparaissent dans ce nouveau fichier, le LPC. Base Elèves et l’immatriculation de tous les enfants dans la Base Nationale des Identifiants Elèves sont bien la première pierre d’un gigantesque fichage dont on ne pourra jamais garantir la sécurité ni le devenir des données.

Le LPC contribue à la compétition entre élèves, entre enseignants, entre écoles.
Il contribue au déclin de la pédagogie et de l’épanouissement des élèves au profit d’entraînement à des exercices stéréotypés.