Page 2 - Liberté, j’écris ton nom

lundi 12 novembre 2012
par  FB
popularité : 47%

LIBERTÉ, J’ÉCRIS TON NOM

« C’est un droit de l’humanité, en tant qu’humanité, que la recherche de la vérité se poursuive quelque part sans contrainte »
Paul Ricœur

Pourquoi défendons-nous une politique de recherche publique fondée sur la collaboration entre chercheurs et visant le progrès des connaissances ?
Pourquoi nous opposons-nous à la culture du projet et à la mise en compétitions des laboratoires promues par les Agence Nationale de la Recherche (ANR) et Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) ?

De l’idée de l’université découle, comme le définit Paul Ricœur, le droit de poursuivre la recherche de la vérité sans contrainte. Il faut donc que l’université soit conçue comme un espace où s’exprime la liberté académique. Cette dernière n’est pas un privilège corporatiste, mais une condition d’exercice du métier d’universitaire. Or, désormais, les ANR et AERES imposent à l’université les lois de la rentabilité et de la performance. Pourtant, ce statut particulier de la liberté académique est le seul moyen d’exercer correctement son métier. C’est une nécessité fonctionnelle si l’on veut. La liberté académique n’est pas une fin en soi : elle se justifie par le fait qu’elle n’est ni plus ni moins que la structure fondamentale de l’université. Si une telle liberté permet aux universitaires d’exercer correctement leur métier, cela signifie qu’elle n’est pas faite pour leur bien être mais pour le bien commun.
La science est essentiellement l’aspiration à la connaissance qui doit être une recherche critique orientée, non pas vers un résultat espéré, mais vers l’objectivité. Dans ce cadre, il est important que l’état s’abstienne de la détermination du domaine de la science. Nous attendons de l’état d’aider la liberté de la recherche à se concrétiser.

« La liberté est le privilège de l’esprit et la condition de la science. »
Louis Liard
Fondateur de l’université républicaine (1896)


Documents joints

p2_48
p2_48