Tutorat des AVS acte II

mardi 8 janvier 2013
par  IB
popularité : 17%

TUTORAT DES AUXILIAIRES DE VIE SCOLAIRE : ACTE II

Devant l’opposition de la part de plusieurs organisations syndicales, et tout particulièrement de SUD éduc 13, au tutorat des AVS, le DASEN a dû revoir sa circulaire de juillet concernant le dispositif des contrats aidés et le rôle du tuteur.

Forcé de reconnaître que cette mission de tuteur ne présente aucun caractère obligatoire, il précise néanmoins qu’ « il est vivement souhaitable que ce soit, chaque fois que possible, un enseignant de l’élève accompagné qui assure la fonction de tuteur » et essaie de rassurer les tuteurs potentiels en dégageant leur responsabilité juridique et en se proposant de signer lui-même l’attestation de compétences, « après contrôle par les services » (tout de même !) Par ailleurs, bonté suprême, chaque tuteur bénéficierait d’une « décharge de service (…) pouvant aller jusqu’à 5 heures annuelles. »

Enfin, le DASEN tente de culpabiliser tout collègue qui, en refusant de devenir tuteur, pénaliserait ainsi davantage les élèves handicapés et il affirme que « si aucun tuteur ne pouvait être désigné au sein de l’école, (il serait) contraint d’affecter l’élève dans une autre école... ».

C’est la MDPH qui notifie le droit pour un enfant handicapé de bénéficier de l’accompagnement par un-e AVS afin d’être scolarisé dans l’école de son secteur.
Le DASEN osera-t-il aller à l’encontre d’une telle décision, portant ainsi la responsabilité de « toutes les difficultés qu’une telle décision ne manquerait pas d’occasionner à l’élève et à sa famille » ?

Comme d’autres organisations syndicales, nous pensons que ce chantage est inacceptable ; c’est pourquoi nous devons le refuser et faire savoir au DASEN que nous ne participerons pas à l’établissement de l’attestation de compétences (modèle de lettre disponible sur notre site).

Depuis que plusieurs jugements de prud’hommes ont condamné des lycées employeurs à verser des indemnités conséquentes à des AVS n’ayant pas eu de formation, l’administration qui, jusque-là, faisait peu de cas de ces personnels précaires, cherche des solutions pour éviter de nouveaux déboires.

Une fois encore, le DASEN tente d’imposer de manière pernicieuse des missions nouvelles, sans rapport avec la fonction d’enseignant, telles que :

« contribuer à l’acquisition des savoir-faire professionnels » (rôle de l’organisme formateur) ;

« assurer la liaison avec le référent » (qui doit relever de Pôle emploi) ;

« participer à l’établissement de l’attestation d’expérience professionnelle » (un enseignant n’a ni la formation ni les compétences pour effectuer un tel bilan de compétences).

Une nouvelle fois , SUD éduc 13 renouvelle son exigence d’une réelle possibilité de formation pour les AVS dans le cadre du statut de la fonction publique afin que cette fonction d’accompagnement devienne un véritable métier qui puisse déboucher sur des emplois pérennes.


Documents joints

Lettre indiv refus tutorat AVS version2
Lettre indiv refus tutorat AVS version2