Victoire record pour les EVS en contrat précaire défendues par SUD éducation Bouches-du-Rhône

jeudi 14 février 2013
par  Rédac13014
popularité : 55%

Le 21 janvier 2013, le conseil de prud’hommes d’Aix-en-Provence rendait ses conclusions suite aux recours de 13 employés de vie scolaire (EVS) en "contrats aidés".

Au total, c’est à 500.000€ que le conseil de prud’hommes condamnait les lycées employeurs.

Le détail des sommes avoisinait, dans certains cas, les 45.000€ par salarié.
Outre l’aspect record des montants, c’est l’aspect symbolique de cette condamnation qui importe.

SUD éducation a engagé, un peu partout en France, des recours auprès des conseil de prud’hommes pour faire valoir les droits de ces personnels en contrat précaire : Contrats d’Accompagnement à l’Emploi (CAE), Contrats Avenir (CAv), Contrats Uniques d’Insertion (CUI).

Dans les seules Bouches-du-Rhône, SUD éducation et le Collectif des précaires de l’Education Nationale soutiennent ainsi depuis mai 2011 plus de 80 dossiers.

Toutes les décisions rendues vont dans le même sens, comme lors du jugement favorable aux EVS rendu le 10 septembre 2012.

C’est enfin une reconnaissance du préjudice occasionné à ces personnels.

- Le syndicat SUD éducation rappelle la nécessité de permettre à tous les personnels de l’Education Nationale de travailler dans des conditions décentes et dans la sérénité, en leur octroyant un véritable statut de fonctionnaire et une véritable formation.
- Le syndicat SUD éducation milite à tous les échelons, y compris ministériels, pour l’abrogation des contrats précaires dans l’Education Nationale, qui s’apparentent davantage à de l’esclavage moderne qu’à des contrats aidés.
- Le syndicat SUD éducation encourage les personnels à participer activement aux luttes pour l’amélioration de leurs conditions de travail ; à travers la création de collectifs, notamment.
- Le syndicat SUD éducation exige la titularisation sans condition de tous les personnels en contrat précaire.

Par ailleurs, SUD éducation Bouches-du-Rhône invite tous les personnels précaires qui ont été exploités au mépris des règles de droit, à se faire connaître et à déposer leur dossier pour un recours collectif en justice. Le délai de prescription est de 5 ans.

Un prochain jugement sera rendu le 26 février 2013, devant le conseil de prud’hommes de Marseille.

Contact : sudeduc13@sudeducation.org