Grève du 3 février

appel intersyndical
vendredi 30 janvier 2015
par  BC
popularité : 1%

L’intersyndicale Education des Bouches du Rhône FSU, CGT Educ’action, SUD Education

appelle à la grève le 3 février
Rassemblement puis manifestation
devant l’inspection académique
à 11 heures, 23 boulevard Charles Nédelec 13001 Marseille

L’éducation est un atout essentiel pour notre société confrontée à une crise politique majeure et une crise économique et sociale sans précédent. Elle doit permettre à chaque jeune de s’émanciper, d’acquérir un esprit critique dans un cadre laïque et républicain, de choisir son parcours scolaire et d’obtenir une qualification. L’actualité récente nous le rappelle, la question du rôle de l’école et de l’ensemble des services publics est au cœur de la préoccupation et des interrogations citoyennes.
Face aux difficultés scolaires, aux inégalités, au décrochage, la Refondation de l’École décidée par le gouvernement ne répond pas aux attentes et aux inquiétudes des personnels.

La prochaine rentrée scolaire se prépare sous le signe des contraintes budgétaires. Les dotations (DGH et postes dans le premier degré) sont très insuffisantes, en particulier dans l’académie d’Aix-Marseille. Elles vont dégrader un peu plus les conditions de travail des personnels et d’étude des élèves.
L’intersyndicale demande une révision à la hausse de la dotation académique.
La réforme de l’éducation prioritaire n’est pas satisfaisante. Elle laisse nombre d’écoles et d’établissements au bord du chemin dans les quartiers populaires. L’intersyndicale réclame l’extension de la carte de l’éducation prioritaire et revendique une réduction des effectifs dans les classes. Pas un seul établissement ne doit en sortir, ceux qui en ont fait la demande doivent en faire partie.
L’intersyndicale réclame l’extension de la carte de l’éducation prioritaire.

D’autres sujets sont laissés en plan et nécessitent une redéfinition complète comme la réforme des rythmes scolaires, la réforme du collège, l’avenir du lycée, l’avenir de la formation professionnelle publique mise à mal par la volonté du « tout apprentissage ».
L’intersyndicale demande le maintien de l’offre publique de formation dans tous les secteurs.

Dans les écoles et établissements le quotidien c’est des effectifs de classes de plus en plus lourds. Pour les personnels administratifs, sociaux ou de santé, c’est une surcharge de travail et un surmenage permanent quand le redéploiement prime sur la nécessaire création de postes.
C’est aussi des remplacements non assurés, une formation initiale et continue non satisfaisante, des conditions de travail dégradées, un alourdissement des tâches, le tout dans un contexte de salaires faibles et de gel du point d’indice depuis 2010, avec pour corollaire une crise du recrutement qui persiste.

Parce que certaines questions ne peuvent plus attendre, l’intersyndicale appelle les personnels à être en grève le 3 février prochain.
Elle demande notamment que s’ouvrent des discussions pour améliorer les conditions de travail. Cette question englobe celle de l’emploi, des créations de postes plus nombreuses étant nécessaires du fait de l’augmentation démographique et de l’alourdissement des missions et de la charge de travail pour tous les personnels.

L’intersyndicale exige la revalorisation des salaires.
Le gel du point d’indice de l’ensemble des fonctionnaires demeure et c’est inacceptable.L’ouverture de négociations dans la Fonction publique est urgent et nécessaire. Dans l’Éducation Nationale, le déclassement salarial des personnels de l’éducation et le manque de considération pour le travail effectué dans le cadre de leurs missions sont désormais patents. Face à cette situation il y a urgence à apporter des réponses afin de revaloriser les traitements de l’ensemble des personnels.

Il est indispensable d’améliorer la formation initiale et continue de tous les personnels.
Pour cela, il est urgent de faire enfin le bilan de la mise en place des ESPE afin de conduire les réorientations nécessaires dès la prochaine rentrée scolaire.

L’intersyndicale reste convaincue que la priorité à la jeunesse passe par l’Ecole et par ses personnels. Il faut leur donner tous les moyens de faire réussir tous les jeunes.

L’intersyndicale appelle les personnels à construire une mobilisation qui s’inscrit dans la durée après cette journée de grève. Elle les invitent à se réunir en Assemblées Générales pour en débattre.


Documents joints

PDF - 88.6 ko
PDF - 88.6 ko

Brèves

3 janvier - Mardi - Grève dans les lycées de l’éducation prioritaire

Ultimatum lancé au ministère de l’Éducation nationale
Les lycées ne feront pas la rentrée
Lire la (...)

17 novembre 2016 - Grève des lycées en ZEP

20 juin 2016 - AG SUD éducation - 18h - local de Solidaires, 29bd longchamp

22 mars 2016 - AG

Ag 18h-20h , au local de Solidaires

14 janvier 2016 - AG Sud education

18h au local Solidaires, 29 bd Longchamp