AED / Une mobilisation toujours aussi massive et à la hauteur des enjeux !

Tract de SUD éducation 13
mardi 26 janvier 2021
par  GUERDA
popularité : 6%

Dès Le 19 janvier a constitué le début l’acte 2 du mouvement des AED : une semaine de mobilisation, de grèves et d’actions locales. Le mardi 26 janvier la participation des assistant-e-s d’éducation (AED, AP et APS) à la journée de grève intercatégorielle dans l’éducation a été massive sur tout le territoire. Dans les Bouches-du-Rhône, ce sont les AED qui étaient d’ailleurs en tête de manifestation avec un cortège tant ils et elles sont à la pointe de la mobilisation dans l’éducation. La mobilisation continue de gronder dans les vie-scolaires.


Cette mobilisation est inédite pour les personnels des vie-scolaires dans lesquelles la colère gronde : les équipes sont épuisées face à une charge de travail en constante augmentation, notamment avec la crise sanitaire, et parfois en dehors de tout cadre réglementaire : les AED sont ainsi sollicité-e-s pour remplacer les enseignant-e-s absent-e-s, voire prendre en charge les élèves suspecté-e-s d’avoir contracté la Covid en raison du manque d’infirmiers et d’infirmières dans les établissements.

JPEG - 134.1 ko

Les conditions de travail dégradées viennent s’ajouter à la précarité des AED. Les AED sont rémunéré-e-s au SMIC sans progression de carrière, sans formation, et avec bien souvent des temps partiels imposés. Au bout de six années (et autant, voire davantage de contrats de travail), les AED sont remercié-e-s sans indemnité.

Le mouvement qui est né au niveau national le 1er décembre dernier, lors de la journée d’une journée de grève des assistant-e-s d’éducation est inédit depuis la création du contrat d’AED en 2003. Il tire sa force de l’auto-organisation des concerné-e-s en collectifs locaux puis en coordination nationale. Localement, celui-ci fut précurseur puisque les AED étaient déjà massivement en grève au mois de novembre. Ce mouvement ne doit pas s’arrêter là et doit continuer à bénéficier d’un large soutien de l’ensemble des personnels et des organisations syndicales. C’est le travail que SUD éducation 13 s’est fixé par un soutien de toutes les initiatives présentes et à venir.

D’ores et déjà, le collectif 13 AED a décidé suite à son Assemblée Générale d’appeler à une nouvelle journée de grève le 4 février prochain, date de la journée de mobilisée inter-professionnelle. Faisons en sorte collectivement que cette journée soit un nouveau succès en abondant les caisses de grèves dans les établissements.

Certain-e-s chef-fe-s d’établissement tentent d’entraver la grève en toute illégalité avec des menaces de non-renouvellement et de sanctions disciplinaires, des remplacements des grévistes, ordres de réquisition illégaux, informations erronées sur le droit de grève..
Ne nous laissons pas intimider !

SUD éducation 13 se tient aux côtés des collègues qui subissent les pressions d’une hiérarchie autoritaire !

SUD éducation 13 rappelle que le droit de grève est un droit constitutionnel.

SUD éducation 13 dépose un préavis de grève généraliste pour toute l’année.

SUD éducation 13 revendique :

  • la titularisation sans condition de tous les personnels assistant-e-s d’éducation qui le souhaitent par la création d’un statut d’éducateur·trice scolaire ;
  • l’augmentation des salaires et la baisse du temps de travail ;
  • la suppression du forfait nuit en internat ;
  • l’obtention de la prime REP/REP+ pour tous les personnels travaillant en éducation prioritaire ;
  • le recrutement massif de personnels AED et la fin du recrutement par les chef-fe-s d’établissement : pour un recrutement académique ;
  • l’accès à une formation initiale et continue et l’augmentation du crédit d’heure pour formation ;
  • du matériel de protection fourni par l’employeur et le versement de la prime Covid.

Documents syndicaux


> Télécharger le guide AED spécial mobilisation

> Télécharger le tract de SUD éducation 13